Témoignages


13.04.2010

Pendant des années j’ai eu une allergie au soleil. Cela se passait toujours lorsque je faisais du cheval en manches courtes ou quand je me promenais au soleil en compagnie de mes parents.
Je n’avais jamais fait attention sur le pourquoi ou le comment, je savais que cela commençait tout simplement par des démangeaisons et qu’ensuite il apparaissait des éruptions cutanées de la grosseur d’une petite assiette. Au cours des deux premiers jours du séminaire sur la GNM, Mr Pilhar a parlé d’un cas d’allergie au soleil et du rail associé. Je me suis dit, cela je vais le tester.
 Le samedi de Pâques je me suis promenée en T-shirt avec mes parents afin de faire surgir cette manifestation cutanée. Je voulais savoir où elle se situait. Et je l’ai eu tout de suite ! Après 20 minutes, j’ai eu des démangeaisons et au bout d’une heure deux  grosses pustules rouges se sont manifestées sur l’extérieur de l’avant-bras gauche, ainsi que sur le bras gauche et en haut à l’extérieur. Je suis gauchère !
C’était clair; le conflit de séparation ne pouvait pas concerner ma mère. Ni mon père avec qui tout allait toujours très bien. Cela ne pouvait pas concerner non plus mon mari, vu qu’avec lui, au soleil je n’avais jamais eu d’éruption de ce genre. Je perçois mon cheval comme mon enfant (je pense) c’est pourquoi je m’attends qu’il se situe plutôt du côté de la mère.
Deux jours durant je m’interrogeais sur le type de conflit de séparation que j’avais pu vivre. Je ne trouvais pas. Je me suis alors mise en légère transe afin de trouver la solution, qui me fut donnée instantanément :
Pendant de nombreuses années, je m’étais occupée d’une femme tétraplégique, je lui rendais souvent visite, l’accompagnais au cinéma, etc.
Par une très belle journée d’été, je la conduisais auprès de mon cheval, puis auprès de mes parents en bord de mer, où ceux-ci lui cuisinaient ses plats préférés. En attendant que le repas soit prêt, j’étais allé avec elle sur la plage où jouaient beaucoup d’enfants.
Soudain, de façon très véhémente, elle m’a demandée de la pousser dans l’eau et de la laisser se noyer…J’ai été  pour ainsi dire épouvantée, elle s’est mise à crier et à essayer de faire tomber son fauteuil roulant dans l’eau.
Je lui dis que si je la faisais mourir, j’irais en prison. Elle m’a répliqué : « cela m’est égal et  bien même si les enfants le voient ». (Je peux comprendre que ce n’est pas drôle d’être ainsi dépendant à 100%). Je l’ai ramenée à mes parents – loin de l’eau, elle n’était toujours pas bien, elle a refusé de manger ce que mon père avait mis toute l’après-midi à cuisiner. Puis je l’ai raccompagnée à son foyer et durant tout le voyage elle m’a criée dessus, j’étais désespérée.
J’ai rompu tout contact avec elle, mais j’avais le cœur brisé. Je n’arrivais pas à l’accepter ; j’avais fait ses quatre volontés pendant 7 années. Mais cette dernière est devenue impossible.
 Durant toutes ces années passées, j’ai vraiment vécu cette rupture, avec mauvaise conscience. (Environ depuis 2002).
Depuis ce samedi de Pâques, où je vis la situation au cours de ma transe, je me suis « réconciliée » avec elle.
Bien sûr, elle était morte depuis déjà 4 ans, mais ma mauvaise conscience m’était cependant restée et donc probablement aussi les éruptions cutanées.
Maintenant j’en suis délivrée et je suis allée x-fois au soleil, en faisant du cheval, en me promenant avec mes parents et je n’ai plus aucun souci avec ma peau.

Merci Docteur Hamer
 *****
 
Remarques :
 
Quand on a compris la Germanique, entre vous et votre santé, il n’y a plus ni médecin, ni médicaments. Le corps seul peut se guérir quand on a résolu la cause.
Dans le cas évoqué plus haut, le rail est en suspend. En d’autres mots ; la cause (devoir être séparé) était déjà solutionnée depuis des années, depuis la mort de la femme handicapée, sauf que notre amie qui écrit, ne l’avait tout simplement pas réalisé. Avec la prise de conscience du conflit de séparation, celui-ci a été reconnu instantanément sans objet et le rail (soleil en relation avec le cheval et les parents) a disparu.
Le rail est partie prenante du conflit. Si le conflit est insoluble, le rail l’est aussi, donc il faut esquiver, faire attention de ne pas y retourner, afin d’éviter les récidives. Si le conflit devient sans objet, le rail n’existe plus.
Le pivot et la pierre angulaire, c’est le conflit ! Il faut trouver le DHS !
La thérapie avec la Germanique, n’a pas d’effets secondaires et ne coûte rien. C’est pourquoi elle est tant haïe par nos soi disants représentants dans le domaine de la politique, des médias, de l’économie, de la médecine, de la religion car leur pouvoir sur le bon peuple commence à s’émietter. Nous commençons à secouer ce joug… Et c’est bien ainsi !  
 
DE  PL  HU 

Actualité



Votre IP est: 3.233.215.196
75 ip check